Perspectives — Du 16 au 18 octobre 2018

Le Sénat étudiera finalement le projet de loi C-79, Loi portant mise en œuvre de l’Accord de partenariat transpacifique global et progressiste entre le Canada, l’Australie, le Brunéi, le Chili, le Japon, la Malaisie, le Mexique, la Nouvelle-Zélande, le Pérou, Singapour et le Vietnam, autrement appelée Loi de mise en œuvre de l’Accord de partenariat transpacifique global et progressiste (APTGP).
L’APTGP remplace l’accord de PTP original signé par le gouvernement Harper. Il offre au Canada une formidable occasion d’établir une relation de libre-échange avec 11 économies clés de la région de l’Asie-Pacifique.
Les partenaires de l’APTGP ont ensemble une population de 495 millions de personnes, et leur produit intérieur brut (PIB) combiné atteint 13,5 billions de dollars canadiens, soit 13,5 % du PIB mondial.
Les analystes prédisent que la ratification de l’APTGP fera croître l’économie canadienne d’environ 4,2 milliards de dollars grâce à l’accès préférentiel à ces marchés. Les gains escomptés profiteront à toute une gamme de secteurs, y compris les services financiers, l’industrie du poisson et des fruits de mer, la foresterie, l’agriculture et l’agroalimentaire ainsi que les métaux et les minéraux.
Les six premiers pays qui ratifieront l’accord influeront sur la cadence à laquelle les tarifs seront réduits pour ceux qui le ratifieront plus tard.
Si le Canada ne fait pas partie de ce premier groupe, ses concurrents profiteront de réductions tarifaires pendant que les entreprises canadiennes feront face à des obstacles plus élevés. Si le Canada ratifie l’accord maintenant, nos entreprises auront une meilleure chance de devenir des fournisseurs de choix dans ces importants marchés.

Le Sénat doit maintenant composer avec un échéancier très serré pour étudier le projet de loi C‑79, parce que le gouvernement a tardé à faire avancer les choses.