Perspectives — 29 octobre-2 novembre 2018

Nous avons récemment appris que Statistique Canada cherche à obtenir les renseignements financiers personnels des Canadiens sans que ceux-ci en soient informés ou aient donné leur consentement. Avec le « fichier de renseignements personnels » proposé, Statistique Canada forcerait neuf des plus grandes banques et sociétés de cartes de crédit du Canada à fournir de l’information sur toutes les transactions bancaires de 500 000 Canadiens ― y compris les paiements hypothécaires et aux entreprises de services publics, les retraits aux guichets bancaires et les soldes bancaires ― tout cela, sans leur consentement.
Il est fort surprenant que le premier ministre ait défendu ce plan.
En mars 2018, des documents obtenus grâce à une demande d’accès à l’information ont révélé qu’il y avait eu 20 atteintes distinctes à la protection de l’information et des renseignements personnels à Statistique Canada en 2016, dont un incident qui visait près de 600 membres de Premières Nations.
Dans son rapport sur la cybersécurité publié lundi, le Comité sénatorial des banques et du commerce a noté que la Loi sur la protection des renseignements personnels n’oblige pas les ministères et organismes fédéraux à signaler les atteintes à la vie privée au commissaire à la protection de la vie privée.
Dans une de ses 10 recommandations, le comité exhorte « le gouvernement fédéral [à] modernise[r] les lois canadiennes sur la protection des renseignements personnels afin de tenir compte des préoccupations émergentes en matière de cybersécurité et des normes internationales ». Le comité propose de fournir au Commissariat à la protection de la vie privée les ressources nécessaires pour lui permettre d’imposer des amendes aux entreprises qui ne prennent pas les mesures adéquates pour protéger les renseignements de leurs clients.
J’espère que le gouvernement prendra au sérieux les recommandations du comité afin d’assurer la protection de la vie privée de tous les Canadiens.